Juillet 2020

L’été s’installe au pied du jura, la nature se retire dans les profondeurs du sous-bois. Pour moi aussi, il est temps de changer mes habitudes. Une remorque pleine à craquer de provisions, un vélo, direction le Vercors! Trois jours de route et nous y sommes, au pied de ces grandes montagnes calcaires recouvertes de brume. Un autochtone passionné m’y attend. A peine arrivé, nous prenons déjà la direction du paradis des bouquetins.
Dans le brouillard épais, trouver ces forces tranquilles n’est pas une mince affaire. Soudain, un claquement de cornes résonne dans la vallée. Quelques centaines de mètres plus haut, ils sont 40 à se reposer paisiblement dans les éboulis alors que nous frissonnons dans nos multiples couches de vêtements. Jusqu’à la nuit tombée, nous suivons leurs mouvements lents mais assurés dans cet univers de roche et d’humidité. La nuit, les falaises leurs servent de refuge, nous nous installons en contrebas espérant retrouver le lendemain ces reliques d’un ancien temps.