Juin 2020

En crapahutant dans cette forêt, j’ai inspecté chaque tronc de hêtre pour trouver les loges du plus grand pic d’Europe. Certains arbres ont vu grandir au moins sept générations de pics, mais ne sont pas occupés cette année. Pourtant, il doit bien y avoir un tronc habité quelque part.
Aujourd’hui, je grimpe dans l’éboulis que j’ai déjà emprunté des dizaines de fois cette année. Cette fois, un cri strident se fait entendre: celui des jeunes pics noirs! Trois oisillons montrent le bout de leur bec, ils sont déjà bien grand en ce début de mois de juin. Je m’installe dans la pente raide, calé entre deux cailloux moussus. Un adulte approche, la jeune femelle et ses deux frères jaillissent de la loge, le bec grand ouvert.
Dans quelques jours, les oisillons graviront à leurs tours les murs de cette magnifique cathédrale végétale.